LIVRES

Le labyrinthe vers la liberté

Delia SHERMAN - Traduit par Michelle NIKLY - Helium

Sophie, 13 ans, s’ennuie dans la maison de sa grand-mère où elle passe les vacances de l’été 1960 dans le sud des Etats-Unis. Dans le vieux labyrinthe du jardin abandonné, une créature étrange lui permet de remonter le temps pour se retrouver un siècle plus tôt au même endroit, dans la magnifique plantation de ses ancêtres, au contact des esclaves qui travaillent pour la Grande Maison. Sophie est basculée entre les mentalités des deux siècles et partagée entre la cause des ‘Nègres’ et la rigidité de sa famille. En crise elle aussi, elle devra choisir son camp.

Un roman attachant qui fait découvrir un moment fort d’Histoire par le biais du Fantastique.

L'avis de Aline

Louisianne, les années 60, Sophie a 13 ans et ne ressemble en rien à la jeune fille « bien comme il faut » que ça mère souhaiterait avoir. Cette année, elle passe ses vacances à Oak Cottage, la vieille plantation familiale maintenue dans une chape de plomb archaïque par sa grand-mère nostalgique où la jeune fille se sent mal à l’aise. Alors qu’elle trompe son ennui dans le vieux labyrinthe, une voix s’élève. Il s’agit d’une créature magique et pas très maligne qui envoie Sophie vivre une grande aventure mais pas celle que Sophie aurait pu espérer. La voilà revenue à Oak Cottage en 1860, à l’aube de la guerre de Sécession mais son hâle naturel et nez « Fairchild » lui valent la place de « mulatresse ». Elle se retrouve donc esclave dédaignée de ses ancêtres blancs et enviée et moquée par les autres esclaves. A nouveau, Sophie n’a de place nulle part pourtant son attitude et son mutisme posent question et ne laissent personne indifférent à la plantation, ni d’ailleurs à la lecture. Elle vivra alors une aventure humaine sans précédent.

Avec quelques références à Autant en emporte le vent (mais comment l’éviter?), le roman bouscule en douceur nos repères et nos acquis. Que faire? Que dire? Comment accepter l’injustice? Quelle valeur peuvent bien avoir nos codes sociaux? C’est à partir de l’esclavage que l’héroïne interroge la ségrégation et affirme la richesse de la multiculturalité et de l’échange. Le roman dépeint une réalité dure mais avec des personnages tellement riches et nuancés qu’on se laisse aussi attendrir par le rythme et les paysages du Sud. Une lecture dont on ne peut que sortir grandi!